Cayenne

CAYENNE

 

Chef-lieu du département et de la Région d’Outre Mer Guyane, située à 7100 km de Paris, d’une superficie de 23.6 km²,  peuplée d’un peu plus de 52 000 habitants, Cayenne occupe une partie de l’estuaire commun de la rivière de Cayenne et de la rivière Montsinéry.

059
  (Carte de l’île de Caïenne – mars 1729
Musée des Cultures Guyanaises – Cayenne)

 D’où vient le nom de Cayenne ?

Une très belle légende veut que le roi Cépérou, chef des Galibis ait eu un fils du nom de Cayenne.
Cayenne, qui aimait passionnément la princesse Bélem, fit appel au sorcier Montabo pour l’aider à conquérir son cœur.

Grâce aux bons soins de Montabo, Cayenne pu franchir, monté sur un taureau, une immense rivière aux eaux tumultueuse. Il pu ainsi rejoindre Bélem et l’épouser. Pour le récompenser, le roi Cépérou décida que le village au pied de la colline sur laquelle il vivait s’appellerait Cayenne.
Pour Monsieur BOYER, directeur scientifique de l’atlas de la Guyane, l’origine réelle doit plutôt se chercher dans les termes de marine du 17ème siècle.
La caïenne était ce réchaud sur lequel se faisait la cuisine pendant le voyage. Lorsqu’après plusieurs mois de mer, le capitaine trouvait un havre accueillant où il décidait de séjourner, son premier souci était de faire « débarquer la caïenne ».
caienne
(Modèle réduit de caïenne – Musée de la Marine – Rochefort)
Grâce à la chasse et à la pêche, l’équipage pouvait alors améliorer son menu. Dans l’argot des marins, Caïenne a bientôt signifié un lieu où l’on pouvait se reposer des rigueurs de la mer. Par extension, les dépôts de vivre dans les ports se sont appelés Cayenne. Brest et Rochefort ont eu leurs cayennes.
Source : http://www.ville-cayenne.fr

Quelques points d’histoire

La ville de Cayenne a été fondée en 1638 par les marchands de Rouen qui se sont installés sur la colline de Cépérou où ils ont construit un petit fort en bois : le Fort Cépérou.
En 1643, la Compagnie du Cap Nord, sous la direction de Poncet de Brétigny, s’installa à Cayenne. Commencèrent alors les persécutions contre les Indiens. Paranoïaque au plus haut point, Poncet de Brétigny ordonna le massacre des Amérindiens, premiers habitants de la ville. Mais lui-même fut bientôt assassiné lors d’une embuscade, puis boucané et mangé par les indigènes…
Le 10 août 1848, l’abolition de l’esclavage est mise en application en Guyane. Ce sera le début d’un nouveau développement pour la ville, et la plupart des esclaves affranchis décideront de s’y installer.
L’époque de gloire de Cayenne débute en 1854 avec la découverte de l’or en Guyane. Le pays s’enrichit et la ville s’embellit de superbes maisons créoles ornées de balcons en ferronnerie. Par la suite, le gouvernement de Tardy de Montravel et de Loubère ordonnera des travaux d’urbanisation qui donneront à Cayenne le visage qu’on lui connaît actuellement.

Cayenne aujourd’hui

Au centre de la ville, la place des Palmistes, à la fois lieu de réunion, de passage et de fête, tout près de la Mairie et de la Cathédrale.

02 palmistes          279
(La place et le café des Palmistes)

05 mairie          06 cathedrale1
(La Mairie)                                                                (St Sauveur)

D’autres places en ville sont des lieux de passage ou de flânerie, ainsi que le jardin botanique.

27 place amandiers        OLYMPUS DIGITAL CAMERA(Place des Amandiers -09.2011)                              (Place des Amandiers – 12.2014)

La place des Amandiers, pointe qui donnait encore directement sur la mer en 2006, est actuellement cernée par la mangrove (septembre 2011) qui a depuis envahi la côte. Dans quelques années elle sera à nouveau dégagée suivant le cycle entre création de la mangrove et érosion des plages, (ce qui était fait en décembre 2014).
Le jardin botanique, créé en 1879, offre une agréable promenade à l’ombre des diverses essences d’arbres et de palmiers, entre les multiples taches de couleurs des plantes à fleurs.

14 jardin botanique

La ville de Cayenne a un programme de réhabilitation des maisons créoles, les rues retrouvent peu à peu leur allure et leurs couleurs

11 musee cultures guyanaises          12 Cayenne

10 Cayenne          17 Cayenne

On trouve des fresques un peu partout dans la ville, petits panneaux devant les boutiques ou grands murs entièrement recouverts :

fresque gauchefresque droit
(Un mur avenue du Général de Gaulle)

Plusieurs musées permettent de retracer l’histoire de Cayenne et de la Guyane, notamment le musée des Cultures Guyanaises et le Musée Départemental Alexandre Franconie, véritable cabinet de curiosités où l’on peut voir diverses collections sur les peuples, l’artisanat, la flore et la faune locale, et une importante exposition consacrée au bagne.

062          32 musee Franconie 3
(Maquette de l’habitation Loyola                          (Echantillons de poissons locaux
Musée des Cultures Guyanaises)                              Musée Alexandre Franconie)

34 musee Franconie 5          255.1
(Objets réalisés en gomme de Balata                      (Tableau de « FLAG » François Lagrange
Musée Alexandre Franconie)                                          Musée Alexandre Franconie)

Cayenne mérite que l’on prenne le temps de flâner dans ses rues, ses marchés et ses places. De dimension moyenne tous les déplacement peuvent se faire à pied, le seul handicap étant le soleil implacable et la chaleur.

  Cliquez ici pour voir toutes les photos de Cayenne