Marais de Kaw (2)

LES MARAIS DE KAW

(acte 2)

 

L’après-midi

Nous ré-embarquons et continuons la remontée de la rivière de Kaw. A quelques centaines de mètres du lodge, deux bras s’offrent à nous, nous remonterons vers la gauche.

Le paysage change : nous quittons la savane pour entrer dans la forêt inondée, l’horizon se resserre mais la gamme des verts est toujours omniprésente, peut-être un peu plus foncée que dans la savane, mais pas moins riche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA (Palmiers Wassai)                                                (Moutouchi rivière)

Un vol de Cormorans nous précède sur la rivière, ils s’envolent et se posent devant nous puis re-décollent à l’arrivée de la pirogue. Finalement ils passent au-dessus de nous et j’appuie machinalement sur le déclencheur de l’appareil avec le soleil en pleine face… je pense tout haut « ooops raté ! » et finalement… non !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Envolée de Cormorans sur la rivière)

Les arbres sont souvent littéralement envahis de nids de cassiques, reconnaissables à leur forme de gros sacs suspendus aux branches, propres et nets pour les « Cul Jaunes » et curieusement décorés de végétaux pour les « Cul Rouges »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Nids de cassiques)

Avec l’après-midi qui s’avance, la luminosité baisse un peu et les rayons du soleil se font plus doux, éclairant la végétation d’une lumière plus chaude, presque féérique !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Une gamme de verts époustouflante !)

La saison sèche touche à sa fin, le niveau des eaux est très bas et des arbres barrent la crique, nous allons faire demi-tour et retourner au lodge pour le Ti’punch et le repas du soir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(L’éco-lodge Caïman)                                      (Juste en face : une jacinthe d’eau)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(L’étage « nuit »)                                                        (La salle à manger)

Un temps de pause que chacun occupe à sa guise : installation, douche, canoë, baignade…  (personnellement, je suis venue ici pour voir des caïmans et je ne me baignerai pas !) ou simplement discussions et échanges sur toutes les merveilles que nous avons vues aujourd’hui : nous sommes tous conquis et attendons dans la bonne humeur l’heure des caïmans !

Une petite chauve-souris s’est installée dans notre salle à manger, elle monopolise toute notre attention, petite boule de poile accrochée au plafond qui semble nous regarder d’un air un peu terrifié

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(6 cm de long.. un inoffensif petit monstre)

Le soir

La nuit est tombée et nous reprenons place dans la pirogue, lampes frontales à poste, et partons traquer les caïmans dans la douceur de la nuit guyanaise.

Gaby balaye les rives avec sa grosse lampe-torche, en quête des reflets rouges des yeux des caïmans, nous cherchons quelques temps, puis dans les moucou-moucou une nuée de lampions rouges s’éclaire : des bébés caïmans d’à peine 20 cm, et entre les troncs et les nénuphars il y en a partout !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Bébé caïman dans les moucou-moucous)              (Fleur de nénuphar fraîchement éclose)

Gaby descend de la pirogue et s’enfonce entre les troncs, cherchant la maman qui manifeste son mécontentement par des grognements sourds… elle fait environs un mètre cinquante et s’enfuit entre les arbres, nous la laissons tranquille et continuons notre traque pacifique.

Plus loin, c’est le menu (!) des caïmans qui fait son apparition dans les herbes : des « Cabiais », (appelés aussi « Capybaras ») : le plus gros rongeur du monde, une mère et ses petits.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Un Cabiai et ses petits)

Quelques photos et nous repartons, Gaby trouve rapidement un petit Caïman à Lunettes d’environs 3 ans et nous le présente de près dans la pirogue ; Il nous montre la barre osseuse proéminente entre les yeux qui lui a donné son nom : on dirait effectivement qu’il a une paire de lunettes sur la tête.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          57 caiman lunette
(Caïman à lunette)                                            (Esthétique de la frontale…)

Après une série de photos qui auraient fait pâlir d’envie bien des acteurs… nous relâchons le reptile et rentrons au lodge. La réglementation n’autorise qu’une seule capture par soir et par bateau, et impose que toutes les pirogues aient quitté le marais ou soient rentrées à 22 heures pour la tranquillité de la réserve et de ses occupants.

Nous passons un bon moment tous ensemble puis chacun regagne son hamac pour la nuit. Demain nous serons debout avant 6 heures avec le lever du jour.

Le lendemain matin

Dans la nuit, les cris des singes hurleurs ont pendant plusieurs heures accompagnés notre sommeil, bruit étrange ressemblant au sifflement dans les arbres d’un vent de tempête. Pourtant ils étaient à plusieurs kilomètres de nous, c’est impressionnant !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Brume au petit matin)                                              (Un Martin-Pêcheur)

A l’aube nous sommes tous debout. Avec le lever du jour, le marais se révèle étrange et fantomatique, nappé d’une brume qui rend les lieux magiques, et nous nous sentons d’autant plus privilégiés d’être ici, perdus dans ce marais du bout du monde.

Chacun refait son sac, et nous prenons notre dernier repas ensemble, un solide petit-déjeuner car les expéditions de nuit, ça creuse !

Dernier embarquement dans notre pirogue avec Gaby, un retour tranquille jusqu’au dégrad et nous nous séparons de nos compagnons après avoir échangé nos adresses.

Le trajet du retour en voiture se fera plus doucement qu’à l’aller, une envie de ne pas quitter trop  brusquement ce merveilleux marais , je ne rêve déjà que d’y revenir…

… et une chose est sûre : je reviendrai !

Pour voir toutes les photos des marais de Kaw, cliquez ici