L’Hermione

L’HERMIONE

« Pour que vive la liberté,
il faudra toujours que des hommes se lèvent et secouent l’indifférence ou la résignation »
(Marquis de La Fayette)

Après 17 ans de travaux dans l’arsenal de Rochefort en Charente Maritime, la réplique de l’Hermione est enfin en mer pour ses premiers essais, retour sur cette belle aventure.

Petit rappel historique

L’Hermione
Dans la mythologie grecque, Hermione est la fille de Ménélas et d’Hélène, cette dernière étant elle-même fille d’Océan. Hermione serait donc la petite fille d’Océan.
Au XVIIIème siècle, l’Hermione est le nom d’une frégate construite à Rochefort.
Une frégate est un navire à trois mâts et un seul pont de batterie. C’est une frégate de 12, c’est à dire qu’elle est armée avec 26 canons de 12 livres (6kg) et 6 canons de 6 livres (3kg). En temps de guerre, elle protège le commerce, sert en éclaireur des navires plus gros (les vaisseaux), transmet les signaux et porte secours aux bâtiments endommagés. C’est un navire spécifique du XVIIIème, de dimensions modestes par rapport aux forteresses flottantes qu’étaient les vaisseaux de 80 ou 100 canons. Une décision du 02 novembre 1778, approuvée par le roi conduira à la construction en 6 mois de l’Hermione. Le 28 avril 1779, l’Hermione est mise à la mer
L’Hermione en Amérique

Le 10 mars 1780, le Marquis de La Fayette embarque sur la frégate Hermione commandée par Louis René Magdeleine Le Vassor de La Touche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(Rue Louis La Touche-Tréville à Rochefort)

Après 38 jours de mer, le 28 avril, La Fayette débarque à Boston.
S’étant mise à la disposition des Américains, l’Hermione repart le 14 mai pour une mission de surveillance de la côte entre la baie de Boston et celle de Penolscot.
Le 7 juin, l’Hermione croise à proximité de la pointe Est de Long Island. La Touche aperçoit quatre voiles. L’une d’elle est celle de la frégate anglaise l’Iris armée de 32 canons. Lors du combat, le gréement de l’Hermione est durement touché. Mais le feu des Français paraît supérieur et les Anglais rompent le combat. L’Hermione a tiré 260 coups de canons en une heure et demie. Il y a 10 morts et 37 blessés côté français. La Touche est blessé au bras.
Le 16 mars 1781, la frégate participe à une bataille dans la baie de Chesapeake.
Le 4 mai, le Congrès Américain est reçu à bord de l’Hermione.
Le 21 juillet, l’Hermione tire 509 coups de canons lors de la bataille de Louisbourg (Canada), où elle a combattu aux côtés de l’Astrée, autre frégate française commandée par Mr de la Pérouse.

L'Hermione_détail_du_tableau_de_Rossel_de_Cercy
(L’Hermione au combat de Louisbourg en 1781
Tableau d’Auguste Louis de Rossel de Cercy)

Le 25 février 1782, retour de l’Hermione à Rochefort.
La fin de l’Hermione
L’Hermione va reprendre sa mission d’escorte de navires marchands, notamment en Inde.
1793 : 14 ans après sa construction, l’Hermione touche des hauts-fonds au large du Croisic (près de l’estuaire de la Loire). Le Capitaine Pierre Martin fait évacuer l’équipage et l’Hermione sombre quelques heures plus tard
(Source : www.hermione.com)

L’épave de L’Hermione sera découverte en juillet 1984 et son ancre remontée en août 2005.

C’est en 1997 que l’association Hermione-La Fayette s’est lancée dans la reconstruction à l’identique de la frégate Hermione.

 29 août 2015 – Retour à Rochefort